Les membres fondateurs

Pauline Orain

" Donner la parole aux invisibles "

Lors de mon parcours universitaire en sociologie, je découvre les méthodologies des sciences humaines et notamment celle du récit de vie, une méthodologie permettant de retracer des parcours et également de valoriser l’expérience de l’interviewé.

L’idée naît alors, de faire de cette parole, à la fois un objet de recherche sociologique mais également un objet artistique. Et, par le biais de l’audiovisuel, de pouvoir la diffuser.

Peu à l’aise avec la caméra, je fais le choix d’aller à la rencontre des gens munie de mon magnétophone et de mon appareil photo.

Une première expérience de documentaire sonore réalisée auprès des habitants d’un quartier populaire de Montpellier confirme ce qu’on peut appeler une vocation.

La prochaine expérimentation est quant à elle menée auprès de mes grands-parents vieillissants. L’idée première est de collecter leurs voix et leur langage, mélange savoureux de français et patois dont les mots me viennent en leur compagnie, mais dont je n’arrive plus à me souvenir une fois sortie de leur domicile. Leur fin de vie approchant, c’est donc une partie de moi, de mon identité qui va elle aussi disparaître.

Lors de ces entretiens, ils témoignent de l’importance d’avoir quelqu’un qui s’intéresse à leur histoire. Ils témoignent aussi de leurs inquiétudes face à leurs vieux jours et leur peur de l’entrée en maison de retraite.

Des moments de confidence qui me poussent à me questionner sur la conservation de la mémoire collective, de ces petites histoires qui composent l’Histoire avec un grand H mais aussi qui m’interrogent sur la vieillesse, son accompagnement et l’univers des EHPAD.

L’apprentissage en autodidacte des outils audiovisuels ainsi que la rencontre avec Jérôme Daëron, alors infirmier en gérontologie, va donner progressivement naissance au projet Nos Mémoires Vives. D’abord en tâtonnant, puis en expérimentant bénévolement à l’échelle de deux établissements, évaluant les bénéfices et les choses à améliorer, ces expériences m’ont convaincu de l’importance d’offrir à une personne âgée un temps d’écoute autour de son histoire de vie et de garder une trace de ses souvenirs.

Jérôme Daëron

"Connaître la vie de nos aînés pour les accompagner"

Durant ma formation en soins infirmiers je prends conscience de mon intérêt d’être au contact des personnes âgées. En 2007, une fois diplômé, je m’engage dans la gérontologie en forgeant mon expérience au sein de divers établissements et services dédiés aux soins et à l’accompagnement de la personne âgée. En parallèle je participe à des formations universitaires sur le soin aux personnes âgées à l’université de Montpellier.

Pour autant dans ma pratique quotidienne, je m’aperçois que les aspects sociaux et humains de l’individu ne ressortent pas assez. Les différentes prises en charges proposées ont pour principales préoccupations les problèmes de santé. Ainsi je considère de plus en plus l’écoute des histoires et les vies que les personnes âgées me confient comme un appui pour les accompagner.

Désireux d’accorder davantage de temps à l’écoute des histoires de vie, j’explore la technique du récit de vie à travers un premier projet, Objets d’une vie, morceaux choisis, en collaboration avec Pauline Orain. A partir de ce moment, je vois et comprends les bienfaits que cela procure à la personne racontant son histoire, mais aussi les bénéfices que je peux en retirer pour accompagner la personne au plus près de ce qu’elle est.

En 2013, je complète mes savoirs et mes compétences sur l’accompagnement des personnes âgées avec un Master intitulé Action gérontologique et ingénierie sociale sur Aix-Marseille Université. Je continue également à utiliser le procédé du récit de vie pour donner la parole à nos aînés afin qu’ils nous livrent les richesses de leurs expériences passées, mais aussi de leur vie actuelle en EHPAD.

A l’issue de cette année, je deviens ingénieur social et un professionnel de santé ayant pour volonté de donner une même valeur aux conditions médicales et sociales pour la santé. Mon envie est d’apporter un réel accompagnement adapté à l’individu et non seulement une prise en charge de ses problèmes d’ordre physique et psychique. L’histoire de vie des personnes âgées me semble être une clef importante pour rentrer dans un accompagnement personnalisé, au plus près des choix et des envies de la personne.

Depuis j’ai choisi de me lancer au sein de Nos Mémoires vives, pour qu’au-delà de la mémoire, les histoires individuelles puissent exister, être écoutées afin d’animer et assurer la vie de nos aînés.

Membre bénévole de l'association, j'ai quitté le projet début 2020.

Ils nous ont rejoints

Edith Meffre

« Valoriser le récit de vie comme outil dans la relation d’aide »

Entrée dans la vie active par le BAFA (CEMEA) et l’animation auprès d’enfants, j’ai souhaité poursuivre cette relation à l’autre par le métier d’éducatrice spécialisée afin d’accompagner dans la proximité les personnes en difficultés dans leur trajet de vie et partager un bout de chemin ensemble. Vivement intéressée par la psychologie, l’analyse et les rapports humains depuis mon adolescence, j’ai complété ma formation d’éducatrice spécialisée (IRTS Montpellier) par la formation en analyse systémique et thérapie familiale (association A.MON.T.S.). J’ai ainsi accompagné jusqu’à ce jour des enfants et des adolescents en situation de handicap physique, d’autres ayant des troubles du comportement, des adultes toxico- dépendants, d’autres malades du VIH, des femmes victimes de violences conjugales avec leurs enfants et depuis 11 ans des personnes retraitées en situation de précarité et en difficulté d’autonomie en lien avec leur vieillissement.

Parallèlement à ma pratique d’éducatrice spécialisée, je me suis engagée en tant que formatrice et jury pour les étudiants/tes éducateurs/trices spécialisés/ées et en tant que bénévole au sein de l’association Nos Mémoires Vives.

Au cours de ce trajet professionnel, j’ai développé quelques appétences et engagements: écouter l’autre, lui reconnaître sa compétence propre, le stimuler et le valoriser, favoriser les rencontres, entendre la singularité de l’autre et plus encore dans les vies institutionnelles, observer-questionner-analyser-chercher pour un accompagnement de proximité éveillé et attentif, accueillir les surprises et les hasards.

Mon engagement auprès de la personne vieillissante a trouvé son départ dans le projet de créer une maison de retraite atypique et intimiste dans laquelle la personne hébergée resterait pleinement active dans la gestion de la vie quotidienne, en se joignant au personnel, à hauteur de ses capacités aussi variables soient- elles, maison de retraite dans laquelle son entrée serait accompagnée par la valorisation de son histoire de vie et le soin apporté à ses proches pour ce passage.

Mon engagement à Nos Mémoires Vives est venu croiser ce souhait d’apporter tout ce soin aux personnes vieillissantes et toute cette attention aux pratiques professionnelles de l’accompagnement. Comment le récit de vie représente un véritable outil dans la relation d’aide. Comment il permet de valoriser au sein de la société les personnes qui seraient à la marge. Comment il permet la mémoire collective. En rejoignant Nos Mémoires Vives en tant que salariée, je souhaite contribuer à approfondir ces questions en adoptant la posture de recherche- action et en développant la formation auprès des professionnels de la relation d’aide.